QU’EST-CE QU’UNE ACTION DE FORMATION EN SITUATION DE TRAVAIL (AFEST) ?

2 janvier 2021
Définition de l'action de formation en situation de travail
754
Views

La formation professionnelle vit un changement majeur depuis la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel avec l’arrivée d’une nouvelle modalité : l’AFEST. Il est désormais possible de mettre en place un parcours de formation directement au poste de travail, autrement dit une action de formation en situation de travail.

L’action de formation en situation de travail : un outil au service des besoins réels des entreprises et des salariés

L’objectif est simple : donner la chance aux entreprises de créer des parcours de formation 100% adaptés aux besoins opérationnels de leurs salariés en faisant des situations de travail quotidiennes le terrain d’apprentissage de leurs collaborateurs.

Cette nouvelle modalité de formation est d’autant plus utile qu’elle apparaît dans un contexte où les entreprises ont de plus en plus besoin de réussir à s’adapter en des temps records à de nouveaux enjeux et à de nouvelles façons de travailler. Les collaborateurs des entreprises ont donc besoin, en permanence, d’acquérir de nouvelles compétences : difficile d’imaginer alors que recourir à un organisme de formation extérieur soit la solution à chaque besoin exprimé ou détecté !

À l’international, de nouvelles modalités de formation ont d’ailleurs déjà émergé, notamment aux États-Unis où la formation informelle, le mentoring et l’apprentissage par les pairs sont devenu monnaie courante.

L’action de formation en situation de travail : comprendre de quoi il s’agit concrètement

L’AFEST s’articule autour de l’alternance de deux séquences d’apprentissage bien distinctes.

  • Première séquence : mise en situation de travail aménagée à des fins formatives, c’est-à-dire où le collaborateur est acteur de son apprentissage. La mise en situation est généralement une activité encadrée par un professionnel plus expérimenté (appelé expert), le collaborateur devenant ainsi apprenant.
  • Deuxième séquence : mise en place de séances de réflexivité permettant à l’apprenant de revenir sur les mises en situations pour les analyser et en tirer des apprentissages. Ces séances sont animées par un accompagnateur.

En effet, une simple mise en situation ou une observation ne suffit pas pour faire monter en compétences un collaborateur ! Une séance de réflexivité est indispensable pour comprendre et tirer parti des expérimentations. L’apprenant doit analyser les écarts entre les attendus, les actions menées et les résultats obtenus pour enrichir et développer ses apprentissages en se fixant à lui-même des axes de progrès et des plans d’actions.

Le bon déroulement de ces deux étapes conduisent à la réussite d’une action de formation en situation de travail. Elles sont répétées, autant de fois que nécessaire pour atteindre le niveau de maîtrise souhaité des compétences.

Les apprentissages sont encadrés, continus, planifiés et organisés. Ils sont aussi bien destinés aux salariés d’entreprises qu’aux demandeurs d’emploi.

Attention !

Les séquences réflexives ne doivent pas être prises à la légères. Il ne s’agit pas d’un bref compte rendu de trois lignes :  « Qu’avez pensé de cet échange ? Est-ce utile pour vous ? – Oui j’ai l’impression ». NON ! En tous cas, pas si vous souhaitez que vos collaborateurs apprennent et se développent réellement sur un plan professionnel et personnel.


Les séquences réflexives donnent lieu à un compte rendu structuré (et tracé, preuve de l’action de formation et condition du financement OPCO) selon une trame que nous vous proposons de découvrir dans notre article dédié à ce sujet.

Grâce à ce cadre, vous serez en mesure de déployer des formations efficaces, sur-mesure et vectrices d’apprentissages concrets… Sans oublier que l’AFEST est 100% finançable par votre OPCO !

Le parcours AFEST se découpe en 6 étapes distinctes :

  • #1 Un parcours pédagogique formalisé : un programme de formation doit être rédigé par l’expert et l’apprenant afin de fixer un cadre et un chemin d’apprentissage.

  • #2 Qui vise des objectifs professionnels définis : ces objectifs sont des compétences à développer, des situations à maîtriser, des étapes d’une mobilité interne ou d’un parcours d’intégration, etc.

  • #3 Abordés au cours d’une activité de travail aménagée : pensez à donner plus de temps à l’apprenant pour mener à bien la mission confiée, et n’hésitez pas à lui proposer des simulations afin que le contexte d’apprentissage ne soit pas trop anxiogène.

  • #4 Par un expert interne désigné et formé : celui-ci doit maîtriser les compétences que l’apprenant souhaite développer et être en mesure de les lui transmettre sans pour autant mener d’exposés magistraux.

  • #5 Suivi de phases réflexives encadrées par un accompagnateur : elles permettent d’analyser les mises en situations pour en tirer des apprentissages.

  • #6 Avant d’évaluer l’acquisition des compétences : car il s’agit bien d’un parcours de formation visant à renforcer ses compétences !

Vous l’aurez compris, l’AFEST est donc une modalité de formation qui permet de s’adapter aux particularités des entreprises et des contextes de travail. C’est une merveilleuse solution pour réussir à faire circuler les savoirs acquis par chaque salarié et pour les généraliser. Plus simple à mettre en œuvre que des formations classiques, elles permettent aussi de relever le challenge de l’accélération de la transformation des métiers !

Et vous, avez-vous des idées de compétences que vous envisageriez de transmettre par l’AFEST ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *